J'adore mon job


Après une petite introduction et après avoir demandé à tous de se présenter, nous sommes prêt à débuter ce ‘voyage découverte dans le monde des insectes’.


Je mets les gens à l’aise en les rassurant. Quoi de mieux que le rire pour relaxer mes convives? C’est un véritable régal de voir le scenario classique se dérouler sous mes yeux. Je n’étais toutefois pas rassuré. Beaucoup de gens étaient très septiques. Un participant était même entomophobe. Plusieurs d'entre eux avaient même failli annuler. Cela aurait été dommage à la vue de la suite de la soirée. J'ai appris plus tard que plusieurs avaient déjà mangé par peur de manquer. Nous en avons bien ris ensemble. Au moment de commencer ce voyage je demande l'attention des gens et je les invite à se lancer. Je les rassure encore en leurs disant que ces vers n’étaient pas destines a être mangés. Ouf !! Les voilà soulagés. La première étape est de plonger ses mains dans une bassine remplie de vers de farine vivant. Certains hésitent. Mais j'ai tout prévu: Des gants de cuisine, et les voila rassurés. On rit beaucoup, les visages se décrispent et hop c’est parti. Les plus téméraires se lancent. Sous les encouragements des premiers les autres suivent. Tous sans exception y parviennent puis se débarrassent même de leurs gants. Ils n’ont déjà plus besoin de cette barrière symbolique entre eux et ces petites bébêtes. Avant de déguster leurs premiers insectes je leur présente des crevettes grises et je les invite à les comparer avec des criquets. Il faut reconnaître qu’il y a une très forte similarité entre ces deux animaux (aliments ?). Le dégoût et la peur font place à la curiosité. Ils sont maintenant prêts pour leur première expérience entomophage. J’ai préparé un houmous avec un mélange pignons de pin, zataar, coriandre et vers de farine. Je décèle chez eux une excitation mais aussi une petite appréhension. Mais finalement les canapés sont dévorés à vitesse grand V. Il faut dire que les vers sont difficilement décelables. Les autres plats à base de vers s’enchaînent. Les participants s’efforcent d’identifier le goût des vers. Un goût de noix ? De crevette ? Humm c’est super bon ! Que les convives s’intéressent au goût est un signe positif de leur processus de banalisation à l’égard des insectes. Je me lance et je leur présente la soupe de noix de coco au galengal avec des criquets entiers. Les plus réticents du début se montrent comme souvent les plus volontaires et les plus entreprenants. En deux temps trois mouvements je dois resservir de la soupe. Ils ont tout mangé !! Nous enchaînons avec d’autres criquets, d’autres saveurs. Le caviar d’artichauts fait l’unanimité avec ses criquets frits. Il faut dire qu’ils prennent une jolie couleur rosée comme des crevettes. Je suis stupéfait et très fier de tout le monde. Nous rions tous et plaisantons de choses et d’autres comme nous le ferions dans une soirée classique. J’ai ensuite prévu une petite surprise. Je leur demande de préparer eux-mêmes le plat suivant : des rouleaux de printemps avec des criquets et des vers. La préparation de base a été réalisée en amont pour faciliter cet exercice. Les convives se prêtent au jeu et commencent leurs assemblages selon leurs préférences. On roule, on mange et on recommence. Certains commencent déjà à caler. Ils me disent qu’ils ont mangé avant. Juste au cas où. Nous éclatons tous de rire à cet aveu. Ils y avaient tous pensé. Je suis ravi d’entendre ça. Ma mission est presque remplie. Pour le plat chaud, je prépare devant eux un saumon mariné à l’ail noir avec une panure d’olives noires aux zestes de citron vert et au piment d’Espelette. J’ai évidemment ajouté des criquets et des vers !! Comme on ne refait pas un bon épicurien, ce plat est accompagné d’une crème de champagne. C’est un régal. Même pour moi. Je ne m’en lasse pas. Ils ont à ce stade TOUS dépassé leurs à prioris. Mais que serait un repas sans dessert? Bien sûr, avec des insectes! Ils font parti des rares aliments qui se marient aussi bien avec du salé que du sucré. Je leur propose des bananes rôties au miel et un crumble aux insectes avec une touche de basilic rouge et une sauce vanille. A la dernière minute je râpe un citron vert et un chocolat à 99%. C’est l’apothéose! J’adore mon job dont l’essence même est de procurer du plaisir. Là c’est gagné. De la nouveauté à laquelle vous mélangez l’amour du partage et vous obtenez la recette pour une soirée parfaite. Des gens qui ne se connaissaient pas ont échangé, ont ri, et se sont soutenus. Bravo à tous!! La soirée a été un succès. Comme vous l’avez compris l’idée n’est pas de remplacer tous nos aliments par des insectes. Ce n’est pas un challenge de la télé réalité. Cette démarche est multiple. Tout d’abord, il y a la découverte d’un nouvel aliment de grande qualité gustative. Ensuite, il y a l’aspect éco-responsable. Les insectes sont très riches en protéines, en oméga 3 et 6 et en vitamine B12 etc… Si, par l’apport de tant de nutriments, nous parvenions à réduire notre consommation de viande et de poisson, nous nous garantirions une alimentation durable et participerions à la protection de l’environnement Alors tous à vos insectes. Lancez-vous. Amitié culinaire Laurent Schneider Crick & Sens